• Canción francesa • Ritmos cubanos • Ambiente tropical •
• Orquesta franco-cubana acústica •

Síguenos

Image Alt

Chuchoté

Chuchoté

Tracklist
1. Gaby 00:29
2. Tu verras 00:33
3. Le parapluie 00:39
4. Fernande 00:28
5. Silencio 00:39
6. Ma liberté 00:32
7. Rafale de vent 00:33
Los músicos

Jaco Loco – France –  Voz Voix  – Olsen del Toro – Cuba – Percussions percusiónCarlos Flores – Cuba – Guitare GuitarraSergio Flores – Cuba – Contrabajo ContrebasseRoy Barrientos – Costa Rica – Trompette – TrompetaIrania Morales Hidalgo – Costa Rica  – Coros – choeurs

Production / Producción : Jaco Loco – Production et direction musicale / Producción y dirección musical : Olsen del Toro Arrangements / Arreglos : Olsen del Toro – Carlos Flores – Enregistrement / Grabación : Awakate / Costa Rica – Mixage / Masterización : Step-One Studio / Costa Rica

Playlist Soundcloud

Genres: Acoustique, Chanson française, style cubain
Label: Profil bas - déjà vu
Letras

Gaby

J'fais mon footing au milieu des algues et des coraux
Et j'fais mes pompes sur les restes d'un vieux cargo
J'dis bonjour, faut bien que j'me mouille
C'est ma dernière surprise partie j'm'écrase le nez au hublot
J'ai mon contrat d'confiance, l'encéphalo qui faut
J'ai du bol, j'en vois un qui rigole
Oh Gaby, Gaby
Tu devrais pas m'laisser la nuit
J'peux pas dormir, j'fais qu'des conneries
Oh Gaby, Gaby
Tu veux qu'j'te chante la mer
Le long, le long, le long des golfes
Pas très clairs
En r'gardant les résultats d'son check-up
Un requin qui fumait plus a rallumé son clop
Ça fait frémir
Faut savoir dire stop (stop)
Tu sais, tu sais c'est comme ce type qui voudrait que j'me soigne
Et qu'abandonne son clebs au mois d'août en Espagne
J'sens comme un vide
Remets-moi Johnny Kidd
Oh Gaby, Gaby
Tu devrais pas m'laisser la nuit
J'peux pas dormir, j'fais qu'des conneries
Oh Gaby, Gaby
Tu veux qu'j'te chante la mer
Le long, le long, le long des golfes
Pas très clairs
Gaby, j't'ai déjà dit qu't'es bien plus belle que Mauricette
Qu'est belle comme un pétard qu'attend plus qu'une allumette
Ça fait craquer
Au feu, les pompiers
Aujourd'hui c'est vendredi et j'voudrais bien qu'on m'aime
J'sens qu'j'vais encore finir chez Wanda et ses sirènes, et ses sirènes
Oh, oh-oh-oh-oh
Oh, Gaby, Gaby
Tu devrais pas m'laisser la nuit
J'peux pas dormir, j'fais qu'des conneries
Oh Gaby, Gaby
Tu veux qu'je te chante la mer
Le long, le long, le long des golfes
Pas très clairs
Gaby
Gaby
Alors à quoi ça sert la frite si t'as pas les moules
Ça sert à quoi l'cochonnet si t'as pas les boules?

Tu verras

Ah, tu verras, tu verras
Tout recommencera, tu verras, tu verras
L'amour c'est fait pour ça, tu verras, tu verras
Je ferai plus le con, j'apprendrai ma leçon
Sur le bout de tes doigts, tu verras, tu verras
Tu l'auras ta maison avec des tuiles bleues
Des croisées d'hortensias, des palmiers plein les cieux
Des hivers crépitants près du chat angora
Et je m'endormirai, tu verras, tu verras
Le devoir accompli, couché tout contre toi
Avec dans mes greniers, mes caves et mes toits
Tous les rêves du monde
Ah, tu verras, tu verras
Tout recommencera, tu verras, tu verras
La vie, c'est fait pour ça, tu verras, tu verras
Tu verras mon stylo emplumé de soleil
Neiger sur le papier l'archange du réveil
Je me réveillerai, tu verras, tu verras
Tout rayé de soleil, ah, le joli forçat
Et j'irai réveiller le bonheur dans ses draps
Je crèverai son sommeil, tu verras, tu verras
Je crèverai le sommier, tu verras, tu verras
En t'inventant l'amour dans le cœur de mes bras
Jusqu'au matin du monde
Ah, tu verras, tu verras
Tout recommencera, tu verras, tu verras
Le diable est fait pour ça, tu verras, tu verras
Je ferai le voyou, tu verras, tu verras
Je boirai comme un trou et qui vivra mourra
Tu me ramasseras dans tes yeux de rosée
Et je t'insulterai dans du verre brisé
Je serai fou furieux, tu verras, tu verras
Contre toi, contre tous et surtout contre moi
La porte de mon cœur grondera, sautera
Car la poudre et la foudre, c'est fait pour que les rats
Envahissent le monde
Ah, tu verras, tu verras
Tout recommencera, tu verras, tu verras
Mozart est fait pour ça, tu verras, entendras
Tu verras notre enfant étoilé de sueur
S'endormir gentiment à l'ombre de ses sœurs
Et revenir vers nous scintillant de vigueur
Tu verras mon amie dans les os de mes bras
Craquer du fin bonheur de se sentir aidé
Tu me verras, chérie, allumer des clartés
Et tu verras tous ceux qu'on croyait décédés
Reprendre souffle et vie dans la chair de ma voix
Jusqu'à la fin des mondes

Le parapluie

Il pleuvait fort sur la grand-route
Elle cheminait sans parapluie
J'en avais un, volé, sans doute
Le matin même à un ami
Courant alors à sa rescousse
Je lui propose un peu d'abri
En séchant l'eau de sa frimousse
D'un air très doux, elle m'a dit "oui"
Un petit coin de parapluie
Contre un coin de paradis
Elle avait quelque chose d'un ange
Un petit coin de paradis
Contre un coin de parapluie
Je ne perdais pas au change, pardi
Chemin faisant, que ce fut tendre
D'ouïr à deux le chant joli
Que l'eau du ciel faisait entendre
Sur le toit de mon parapluie
J'aurais voulu, comme au déluge
Voir sans arrêt tomber la pluie
Pour la garder, sous mon refuge
Quarante jours, quarante nuits
Un petit coin de parapluie
Contre un coin de paradis
Elle avait quelque chose d'un ange
Un petit coin de paradis
Contre un coin de parapluie
Je ne perdais pas au change, pardi
Mais bêtement, même en orage
Les routes vont vers des pays
Bientôt le sien fit un barrage
À l'horizon de ma folie
Il a fallu qu'elle me quitte
Après m'avoir dit grand merci
Et je l'ai vue toute petite
Partir gaiement vers mon oubli
Un petit coin de parapluie
Contre un coin de paradis
Elle avait quelque chose d'un ange
Un petit coin de paradis
Contre un coin de parapluie
Je ne perdais pas au change, pardi

Fernande

Une manie de vieux garçon, moi j'ai pris l'habitude
D'agrémenter ma solitude aux accents de cette chanson
Quand je pense à Fernande, je bande, je bande
Quand j'pense à Félicie, je bande aussi
Quand j'pense à Léonor, mon dieu je bande encore
Mais quand j'pense à Lulu, là je ne bande plus
La bandaison papa, ça n'se commande pas.
C'est cette mâle ritournelle, cette antienne virile
Qui retentit dans la guérite de la vaillante sentinelle.
Quand je pense à Fernande, je bande, je bande
Quand j'pense à Félicie, je bande aussi
Quand j'pense à Léonor, mon dieu je bande encore
Mais quand j'pense à Lulu, là je ne bande plus
La bandaison papa, ça n'se commande pas.
Afin de tromper son cafard, de voir la vie moins terne
Tout en veillant sur sa lanterne, chante ainsi le gardien de phare
Quand je pense à Fernande, je bande, je bande
Quand j'pense à Félicie, je bande aussi
Quand j'pense à Léonor, mon dieu je bande encore
Mais quand j'pense à Lulu, là je ne bande plus
La bandaison papa, ça n'se commande pas.
Après la prière du soir, comme il est un peu triste
Chante ainsi le séminariste, à genoux sur son reposoir.
Quand je pense à Fernande, je bande, je bande
Quand j'pense à Félicie, je bande aussi
Quand j'pense à Léonor, mon dieu je bande encore
Mais quand j'pense à Lulu, là je ne bande plus
La bandaison papa, ça n'se commande pas.
A l'Etoile où j'étais venu pour ranimer la flamme
J'entendis ému jusqu'aux larmes la voix du soldat inconnu.
Quand je pense à Fernande, je bande, je bande
Quand j'pense à Félicie, je bande aussi
Quand j'pense à Léonor, mon dieu je bande encore
Mais quand j'pense à Lulu, là je ne bande plus
La bandaison papa, ça n'se commande pas.
Et je vais mettre un point final à ce chant salutaire
En suggérant au solitaire d'en faire un hymme national.
Quand je pense à Fernande, je bande, je bande
Quand j'pense à Félicie, je bande aussi
Quand j'pense à Léonor, mon dieu je bande encore
Mais quand j'pense à Lulu, là je ne bande plus
La bandaison papa, ça n'se commande pas.

Silencio

Duermen en mi jardín
las blancas azucenas, los nardos y las rosas,
Mi alma muy triste y pesarosa
a las flores quiere ocultar su amargo dolor.

Yo no quiero que las flores sepan
los tormentos que me da la vida.
Si supieran lo que estoy sufriendo
por mis penas llorarian tambien.

Silencio, que estan durmiendo
los nardos y las azucenas.
No quiero que sepan mis penas
porque si me ven llorando moriran.
https://lyricstranslate.com

Ma liberté

Ma liberté
Longtemps je t'ai gardée
Comme une perle rare
Ma liberté
C'est toi qui m'as aidé
À larguer les amarres
On allait n'importe où
On allait jusqu'au bout
Des chemins de fortune
On cueillait en rêvant
Une rose des vents
Sur un rayon de lune
Ma liberté
Devant tes volontés
Ma vie était soumise
Ma liberté
Je t'avais tout prêté
Ma dernière chemise
Et combien j'ai souffert
Pour pouvoir satisfaire
Toutes tes exigences
J'ai changé de pays
J'ai perdu mes amis
Pour gagner ta confiance
Ma liberté
Tu as su désarmer
Mes moindres habitudes
Ma liberté
Toi qui m'as fait aimer
Même la solitude
Toi qui m'as fait sourire
Quand je voyais finir une belle aventure
Toi qui m'as protégé
Quand j'allais me cacher
Pour soigner mes blessures
Ma liberté
Pourtant je t'ai quittée
Une nuit de décembre
J'ai déserté
Les chemins écartés
Que nous suivions ensembles
Lorsque, sans me méfier
Les pieds et poings liés
Je me suis laissé faire
Et je t'ai trahie
Pour une prison d'amour
Et sa belle geôlière
Et je t'ai trahie
Pour une prison d'amour
Et sa belle geôlière

Rafale de vent

J'en ai croisé des vies
J'en ai fait des saisons
J'ai traversé la nuit
J'ai filé mon blouson
Et pourtant
Et pourtant, c'était là
J'en ai passé des lunes
À questionner demain
J'en ai connu des filles
Qui n'y comprenaient rien
Et pourtant
C'était là, devant moi
J'avais oublié
L'humeur d'un été
Et pourtant c'est si bon de penser
Qu'une rafale de vent
Pourrait tout emporter
Pourrait nous emporter
Et pourtant c'est si bon de rêver
À l'aube d'un jour passé
Qu'une vague ou le vent
Pourrait tout balayer
Souffler la réalité
J'ai gardé dans le cœur
Un espoir lumineux
Quelques parfums d'ailleurs
Pour mes vieux jours heureux
Tout est là
Juste là, sous tes yeux
Un coucher de soleil
Un peu d'herbe à fumer
Quelques amis fidèles
Une poignée de projets
Ça me va
Ça me va comme à toi
Je travaille à l'année
Pour ma liberté
Et pourtant c'est si bon de penser
Qu'une rafale de vent
Pourrait tout emporter
Pourrait nous emporter
Et pourtant c'est si bon de rêver
À l'aube d'un jour passé
Qu'une vague ou le vent
Pourrait tout balayer
Souffler, balayer, effacer
Oublier cette foutue réalité
Et pourtant c'est si bon de penser
Qu'une rafale de vent
Pourrait tout emporter
Pourrait nous emporter
Et pourtant c'est si bon de rêver
À l'aube d'un jour passé
Qu'une vague ou le vent
Pourrait tout balayer
Et pourtant c'est si bon de penser
Et pourtant c'est si bon de rêver
À l'aube d'un jour passé
Qu'une vague ou le vent
Pourrait tout balayer
Souffler la réalité
Clip musical
ES